Skip to main content
Mazur

Skandaliczna wypowiedź byłego premiera Belgii

By 09/01/20169 sierpnia, 2016Skomentuj

24 grudnia dawny premir Belgii Guy Verhofstadt opublikował na swoim Facebooku skandaliczną wypowiedź obrażającą Polaków w której miedzy innymi porównuje działania Rządu Polskiego do Władymira Putina. Poniżej polemika Czesława Nostera z tą bulwersującą wypowiedzią ( po francusku, zamieszczona na Facebooku)

Le 24 décembre dernier l’ancien premier ministre belge Guy Verhofstadt a publié sur Facebook des propos insultant les Polonais. Voici la traduction de l’anglais du texte intégral :

« Le matin du 24 e mois de décembre, le Sénat polonais a approuvé une loi qui paralyse la Cour Constitutionnelle. Pour l’essentiel, une fois que la loi est signée, la Cour sera retirée du système de poids et contrepoids démocratiques en Pologne. Le Gouvernement National-socialiste, dirigé depuis le siège arrière par Jaroslaw Kaczynski, tente de transformer la Pologne loin de la démocratie libérale. Sur le chemin de son but, Kaczynski et ses compagnons n’hésitent pas à violer le système très démocratique qui les a mis au pouvoir.
En réalité, ce que le gouvernement est en train de faire, c’est saper les fondements de la Pologne européenne pour se rapprocher de régime de Moscou, le régime qu’elle a quitté il y a 25 ans. L’actuel gouvernement polonais est en train de faire le travail de Vladimir Poutine, compte tenu de sa détermination à détruire l’unité européenne et de son état de droit. Et il le fait au moment extrêmement fragile, quand l’armée de Poutine occupe le territoire du voisin immédiat de la Pologne, l’Ukraine. Les manifestations de masse en cours dans toute la Pologne montrent que la nouvelle classe moyenne polonaise n’acceptera pas cette évolution vers l’Est. La société civile et les partis de l’opposition parlementaire devront trouver un moyen d’arrêter le pire gouvernement.
 Nowoczesna nouvellement élu au Parlement cet automne, est un parti moderne et centriste, une vraie alternative au national-socialisme de Kaczynski. Depuis les élections, Nowoczesna est en train de gagner les cœurs et les esprits à travers la société polonaise. Les Polonais doivent résoudre leurs problèmes eux-mêmes. Toutefois, comme Kaczynski semble être déterminé à changer profondément la Pologne à grande vitesse, beaucoup plus vite que Orban a fait en Hongrie, l’UE ne peut pas être silencieuse. La Commission de L’Union européenne doit utiliser tous les instruments à sa disposition pour insister sur le strict respect des principes européens fondamentaux et la primauté du droit, à l’appui de la société civile polonaise, des médias et de l’opposition démocratique. Dans le même temps, le mécanisme que le traité européen envisage en cas de violations graves des valeurs fondamentales européennes – arrêt de la Cour Constitutionnelle relève clairement de cette définition – doit être activé afin de démontrer clairement à ce gouvernement les risques et les coûts reliés à l’affaiblissement de la démocratie. L’UE ne doit pas répéter les mêmes erreurs qu’elle a commises avec la Hongrie ou plus tôt avec l’Autriche de Haider. Cette fois, sa réaction doit être proportionnelle à la gravité des mesures et la rapidité avec laquelle elles sont prises. Le Parlement européen a déjà ajouté un débat d’urgence sur la situation en Pologne à l’ordre du jour de sa prochaine session plénière, prévue pour le début du mois de janvier ».

Et voici ma réponse à M. Verhofstadt sur Facebook :

« Je suis scandalisé par les propos de M. Verhofstadt qui fait preuve, soit d’ignorance de la réalité polonaise, chose très surprenante venant d’un homme politique d’une telle envergure, soit de manipulation volontaire. De toute évidence il manifeste ainsi sa déception après la défaite du parti au pouvoir aux dernières élections en Pologne. M. Verhofstadt est libre de soutenir qui il veut, même les “défenseurs de la démocratie “, mais après avoir pris autant de liberté avec la vérité, sa crédibilité est très faible. Parler des manifestations massives alors que le nombre de manifestants ne dépassait pas 20 000 (source policière) constitue un abus manifeste et une prise de position très subjective et partisane. Quand il parle de “la société civile dans la rue” il ne reconnaît pas les résultats des dernières élections en Pologne. Il est donc légitime de se demander quel modèle de démocratie il défend. Sans doute le modèle de Poutine. Le seul fait que les manifestations en question ont pu se dérouler calmement, ce qui n’était pas toujours le cas sous le gouvernement sortant, prouve que la démocratie et la liberté d’expression se portent bien sous le gouvernement dirigé par le parti de Kaczynski. On peut se demander où se trouvaient les mêmes “défenseurs de la démocratie ” il y a quelques années quand le président sortant (Komorowski) a fait promulguer une loi restreignant la liberté des associations, loi abrogée plus tard car non conforme à la Constitution. Ou étaient-ils en juin dernier quand le gouvernement sortant a fait voter une modification de désignation de juges de la Cour Constitutionnelle, jugée récemment non conforme à la Constitution? Force est de constater que les manifestations en question ont été organisées par le parti du pouvoir sortant qui a du mal à accepter sa défaite.

M. Verhofstadt a abusé de la liberté d’expression en qualifiant le gouvernement actuel en Pologne de “gouvernement national socialiste”. De tels propos sont inacceptables cars ils insultent les Polonais, en tout cas ceux qui ont voté pour le parti qui a gagné les dernières élections législatives. Je suis Polonais résidant en France depuis trente et un ans et j’exige des excuses de M. Verhofstadt, au nom des valeurs qu’il prétend défendre : démocratie et liberté.

La liberté d’expression ne dispense pas de la responsabilité de la parole.

Czeslaw Noster

Skomentuj